4 Les idoles

Je suis ici, dans l’esprit, toutefois tu cherches tes réponses dans le monde avant de faire directement appel à moi.

Saint-Esprit, Jo ne crois pas que tu répondras spécifiquement à ses questions.

Initialement, Jo ne se croyait pas digne de M’entendre lui parler personnellement au sujet de sa vie. Elle croyait qu’elle pourrait se contenter d’une réponse, provenant de Moi, qui soit moins personnalisée. Elle ne pouvait comprendre qu’en étant UN, il n’existe pas de Voix personnalisée. Car Je suis la Voix pour tous. Elle demeure apeurée de Me parler, car elle craint de faire erreur et qu’à cause de cela Je ne la réprimande. Voilà la peur originelle du Dieu vengeur, née de ta croyance en ton départ volontaire de ton Foyer. Tant et aussi longtemps que Jo ne croira pas que Je suis son véritable Soi, le sentiment de peur perdurera en elle. Et toi, tu l’amèneras jusqu’à ses derniers retranchements afin qu’elle constate que tout ceci représente la lutte qui se joue en elle; entre la Voix du Soi et la voix de l’ego. Elle se situe actuellement au cœur de la mêlée. Elle désire ardemment entendre Ma Voix mais, en même temps, elle continue à chercher, à l’extérieur d’elle-même, une certaine guidance spirituelle. Cela est sa façon de faire depuis des temps immémoriaux.

Jo croit qu’un de ses enseignants spirituel est son sauveur et il est devenu pour elle la voie vers sa libération. Sa très forte influence s’imprègne en elle et la maintient sous son joug et c’est ce qui l’empêche de progresser. Lorsque Jo s’appuie uniquement sur lui, elle choisit délibérément l’attrait de la distraction pour ne pas dire la fuite. Selon son esprit, il y est parvenu, ce qui est ensuite interprété impossible à accomplir par aucun autre que lui selon la voix de l’ego qui lui dit aussi que c’est un ou c’est l’autre. Elle a projeté en lui tous ses espoirs et ses aspirations et elle se retrouve déchirée entre le fait de choisir entre sa guidance et la Mienne. Elle ne veut pas le trahir. Se croyant insuffisante par elle-même, elle se voit; n’étant pas assez, cette perception d’elle-même nourrit le système de pensée de l’ego.

Même toi, mt, tu n’oses dire ceci à Jo, connaissant la force du lien qui l’attache à cet enseignant. Tu ne veux pas la blesser ou la désillusionner abruptement mais, cela doit être fait et, le temps est venu.

Comme tout le reste, les enseignants particuliers ne sont pas réels, ils ne sont que le fruit de l’esprit.

Tu pourras dire tout ceci à Jo quand elle sera disposée à t’entendre – demain. Ou, tu peux lui mentionner aujourd’hui afin qu’elle puisse faire appel à Moi pour la soutenir. Ceci est le prochain et dernier pas qu’elle devra franchir pour venir vers Moi. Avec Mon aide, Jo comprendra rapidement son lien d’attachement. Je te remercie de faciliter cela. Jo est Ma bien-aimée et Je veux qu’elle soit au Foyer avec Moi.

Rien n’est réel dans ce monde, ni même Un Cours en Miracles ou les autres ouvrages que Jo aime tant. Seul L’Amour que Je Suis est réel. Rien ni personne d’autre que Moi, l’est. Les livres et les enseignants de ton monde peuvent te diriger vers la vérité, mais Je suis Vérité. C’est la leçon la plus difficile à assimiler et c’est la seule capable de la libérer ainsi que tous les autres.

Saint-Esprit, comment puis-je transmettre ceci?

Écris-le et envoie-lui après avoir lu Ma Parole. J’Y serai.

Jo est une de mes projections et elle doit être en mesure d’accomplir ce qui lui est demandé afin que je n’y parvienne moi-même. Je ne suis que le messager n’est-ce pas? Rien de plus?

Oui, avec un sourire et sans dramatiser. Tu appelleras Jo de la galerie où tu travailles. Pour le moment, dis-lui que l’obsession qu’elle cultive envers son professeur est une distraction.

(Le lendemain, j’ai téléphoné à Jo en spécifiant que je lui transmettrais la transcription complète du message dicté par le Saint-Esprit.)

Courriel de Jo: C’est effectivement un grand pas à franchir et l’ego se défend bec et ongles. Il tente très fortement de prouver que toi et le Saint-Esprit avez tort et que je n’ai pas cette habitude de m’en remettre ainsi à mon enseignant spirituel préféré, tant et si bien, qu’il m’apparut quasi impossible de dénicher le quand et le comment il est devenu si spécial à mes yeux. Il existe tant d’indicateurs spirituels capables de nous mener vers Dieu, mais j’imagine que j’ai substitué ceux-là à la Réponse. Rien ici dans le monde de la forme ne doit être considéré comme étant la vérité. Les formes s’avèrent aidantes à titre de symboles, toutefois, dès que je projette ou que je m’attache à une forme, quel qu’elle soit, je me perds dans mon ego. Je n’ai pu voir le caractère spécial et même la dévotion que j’entretenais envers un autre bien que je pouvais reconnaître mon adoration.

J’admets candidement, avoir préféré simplement lire un de ses livres au lieu de m’en référer au Saint-Esprit. Je vois maintenant la substitution que j’ai fait. Les enseignants et leurs ouvrages spirituels nous aident certes dans la découverte de nos croyances logées dans notre subconscient mais je suis allée trop loin en me fiant uniquement à eux.

À vivre là où réside la peur et vivant dans la peur en souhaitant être ailleurs, nous nous limitons indéniablement, la peur faisant obstacle à notre progression spirituelle.

C’est une toute nouvelle expérience pour moi – de reconnaître que le Saint-Esprit est à mes côtés et que dorénavant, je placerai toute ma confiance en Lui.

(Quelques réflexions de Jo à la suite du message du Saint-Esprit au sujet des formes substitutives à Dieu.)

Il y a quelques jours, j’ai reçu un message du Saint-Esprit, relatant mon habitude à chercher les réponses à mon questionnement ailleurs dans le monde et que cette habitude était une distraction et que je devais y porter attention. Il m’apparut effectivement que cela était plausible, bien que l’ego en aie une toute autre opinion. Il est vrai que j’ai souvent très hâte de lire le dernier bouquin spirituel à paraître ou encore de participer à un atelier nouvellement affiché et j’admets, enfin, avoir rencontré un enseignant spirituel sur lequel je m’appuyais pour tous conseils ou réponses à mes questions.

Margie entend la Voix du Saint-Esprit depuis des mois. J’ai résisté à m’y investir, bien que j’ai tenté l’expérience sporadiquement, en posant une question ou deux, à cause de l’insistance de Margie: « Questionne-le à propos de tout.  » Habituellement, j’étais plutôt tendue à l’idée d’entendre une réponse ou encore sceptique quant à la réelle provenance de ce que j’entendais; qui pouvait bien s’avérer être la voix de mon propre ego. Je me sentais mal à l’aise à demander quoi que ce soit au Saint-Esprit ou encore à l’écouter. Je ne pouvais me résoudre à me tenir tranquille aussi souvent que je l’aurais voulu. En toute honnêteté, je ne voulais rien Lui demander, par peur de ce qu’Il pourrait exiger de moi en retour. La peur jouait très bien son rôle et la fuite devenait inévitable.

Je savais bien qu’il était grand temps d’initier une conversation avec le Saint-Esprit. J’ai pu constater à plusieurs reprises, ma préférence à m’appuyer sur les autres et ce n’est qu’en dernier lieu que je me tournais vers Lui. Je l’avais noté et Sa réponse fût:  » Oui, je suis ici, dans ton esprit, toutefois tu cherches ailleurs dans le monde avant de venir à Moi. Sois consciente de cette habitude et cultive la confiance dont tu as besoin pour venir à Moi en premier à propos de tout. Sinon, tu ne feras que tourner en rond. Mt, manifeste son amour pour toi en t’offrant une amitié basée sur la confiance. Elle suit Mes directives et tu peux croire en son message. »

Margie m’explique que nous projetons notre Soi idéal sur un enseignant que nous admirons, croyant celui-ci plus spirituel et plus particulier que nous. C’est ce que l’on appelle une relation particulière et c’est tout de même une séparation. La première fois qu’elle me fit remarquer que je ressentais un attachement très fort envers cet enseignant, je ne le voyais pas ainsi. Il m’apparaissait spirituel, un indicateur de la Présence de Dieu. Je savais pourtant que tout attachement à la forme – aussi subtil soit-il – est un déni de la vérité, le rêve de ce monde demeure ainsi inchangé et bien réel.

Lorsque je demandai au Saint-Esprit pourquoi je désirais tant demeurer dans le rêve alors que je savais bien qu’il n’était pas réel, Il me dit:  »Ton ego tient à demeurer le maître de la situation, à conserver le contrôle. Une partie de toi croit en ses propres ressources et se voit en mesure d’identifier le processus d’attachement par lui-même et ensuite en lâcher prise. En faisant cela, tu agis selon le système de pensée de l’ego et tu es incapable de voir réellement là où tu es empêtrée. Dès que tu réaliseras que ce monde ne correspond pas à tes aspirations profondes et qu’il n’est pas  »assez » pour toi, tu découvriras le chemin qui te mèneras jusqu’à Moi. »

Saint-Esprit, même en ce moment, alors que nous tenons cette conversation, mon ego est en déni; et ne voit, en aucune façon, l’admiration que je porte à mon enseignant soit un problème.

Oui Jo, tu es en déni et refuse d’accepter que tu as fait de lui une idole et c’est ce qui maintient le rêve de l’ego en fonction et t’y garde bien ancrée.

Malgré le soutien qu’on m’apporte, je peux à peine entrevoir à travers ce voile. J’adore lire ses livres, autant qu’un autre aime la mélodie d’une pièce musicale. Je ne vois pas en quoi cela est différent?

Ce que tu demandes en vérité est pourquoi tu te dois de renier ce monde alors que tu t’y sens bien, entourée de ces différentes formes. Elles sont pour toi symbole de complétude, de cheminement, d’aide et de suffisance à un tel point que tu ne ressens plus la nécessité de chercher Dieu. Nul besoin de retrouver ton véritable Soi en acceptant les réponses offertes par ton entourage. Cet enseignant, que tu aimes tant, est apparu dans ta vie parce que tu ressentais le besoin de rencontrer un être éveillé. Il est question ici d’une projection de ta propre capacité à t’éveiller. Tu désirais connaître un enseignant qui est dans le monde réel – à l’opposé du monde que tu as fait – et qui te fait la démonstration que l’unicité est atteignable. Il représente également l’image de ton Soi, tel un miroir, au même titre que tout autre individu.

Maintenant que tu as expérimenté la notion de distraction ainsi que celle de l’indicateur, détache-t’en, lâche prise. Maintenant, Je suis là pour toi. Tous les enseignants spirituels que tu as rencontré sont le fruit de ton imagination, tout comme toi. En te libérant d’eux, tu te libères toi-même pour reconnaître qu’il n’y a que Moi. Tous ceux qui sont éveillés reconnaissent qu’il n’y a que Moi. C’est ce qui t’attire tant chez eux, ils savent qui ils sont et le démontrent par leur aptitude à vivre en concordance avec l’esprit juste. Ils savent très bien qu’ils ne sont pas ici. Cela tu ne le connais pas encore. Lorsque tu auras conscience que tu n’es pas réellement ici, alors tu te reposeras uniquement sur Moi et le monde qui t’entoure t’apparaîtra impersonnel. Rien de particulier ne peut être considéré comme étant réel. Sois attentive. Le système de pensée de l’ego est encore fonctionnel.

Lorsque tu ressens du contentement généré par ce monde – sans en prendre conscience – en t’investissant dans n’importe quelle activité  »dite spirituelle« , que ce soit en lisant Un Cours en Miracles machinalement ou même en révisant les textes de mt, tu risques de t’empêtrer dans un sentiment de béatitude capable de contre-carrer la nécessité de poursuivre ton cheminement. Prend la peine de remarquer et de prendre conscience des moments où tu te surprends dans un état d’esprit plutôt satisfaisant. L’ego a toujours une emprise sur toi et il ne désire pas que tu remettes en question tes croyances. Regarde plutôt avec Moi tes pensées si troublées. Je ramènerai en toi un état de paix intérieure, te donnant la volonté de poursuivre ton cheminement.

Merci Saint-Esprit, je vois dorénavant que Ton amour est la seule chose sur laquelle je dois m’appuyer.

Laisser un commentaire