Puiser à la source…

La richesse qu’est l’autre. Un exemple de guérison grâce à projection.

Extrait du Livre 4. Tu reconnais désormais que l’état d’esprit qui t’Unis en Dieu est ta Vérité. Et cet état d’esprit s’épanouira de plus en plus tous les jours dans ta conscience en développant ton habileté à regarder le monde du rêve au-dessus du champ de bataille. Réjouis-toi et accueille avec joie tous les soi que tu auras l’occasion de côtoyer. Comprend bien qu’ils sont tous porteurs d’une facette de ton soi qui doit être reconnue et réappropriée. Comme toi, ils ont entrepris le chemin menant à l’Amour et c’est ce que tu es; un cadeau d’amour que tu offres à tous ceux qui croisent ton chemin.

Un parallèle recueilli dans le texte. Un Cours en Miracles. T. 18; V:7 Celui qui est le plus sain d’esprit au moment où la menace est perçue devrait se rappeler combien sa dette est grande envers l’autre, et tout ce qu’il lui doit de gratitude, tout en se réjouissant de pouvoir s’acquitter de cette dette en apportant le bonheur aux deux. Qu’il se souvienne de cela , et qu’il dise; Je désire cet instant saint pour moi-même, afin de le partager avec mon frère, que j’aime. Il n’est pas possible que je l’aie sans lui, ni qu’il l’ait sans moi. Or il nous est entièrement possible de le partager maintenant. Ainsi je choisis cet instant pour celui que j’offre au Saint-Esprit, afin que Sa bénédiction descende sur nous et nous garde tous deux en paix.

En regardant le monde au-dessus du champ de bataille, j’accepte que le Saint-Esprit est le Maître d’Oeuvre de tout ce qui vient à ma rencontre. C’est un état d’esprit dans lequel mon acceptation, en sa Régence dans ma vie, est totale et salutaire.  »L’autre » se présente à moi, porteur d’une leçon qui apportera le bonheur aux deux en dévoilant au grand jour une dette (ce qui nécessite guérison pour tous les deux). Et moi, en reconnaissant, reflété par l’autre ce qui nécessite un pardon (pour moi et ma propre guérison), je ressens ainsi l’Amour qui était caché par cette  »dette » maintenant libérée.

Allons-y d’un exemple! Gardons en mémoire que l’autre est une projection de notre esprit (pareil à nous-même). Un ami, dont l’épouse est récemment décédée, me confie qu’il ressent beaucoup de culpabilité envers lui-même car il a souvent été en colère envers sa compagne. L’état de santé de sa conjointe limitait grandement la qualité de vie du couple et il ressentait de la colère envers elle car elle ne pouvait répondre à ses besoins.

Je me suis tout de suite identifiée à ce qu’il me disait car je me suis souvenue de mon propre ressentiment envers mon conjoint alors qu’il était en convalescence suite à une fracture de la jambe. Je me suis souvenue de cet état d’esprit d’insatisfaction que j’ai ressenti à plusieurs reprises mais généré par d’autres circonstances. Mon ami a projeté ce qui se cachait dans mon esprit et a fait resurgir de la culpabilité à l’image de la sienne. J’ai vite compris qu’il s’agissait là d’une occasion de pardon qui nous était offerte à tous les deux. (Et moi, étant plus avancée dans la compréhension du Cours, je suis devenue celle décrite dans UCEM: Celui qui est le plus sain d’esprit). Je l’ai donc invité à nous accorder ce pardon bénéfique dont nous avions tant besoin. Et je l’ai remercié sincèrement de m’avoir permis d’atteindre ce que j’avais enfoui et qu’il a ramené à la surface par son témoignage. J’ai ressenti une immense gratitude. Et je me suis engagée dans un doux monologue, apportant du réconfort autant à lui qu’à moi-même en nous rappelant notre nature véritable en tant que Fils de Dieu, aimé et pardonné.

Puis l’amour de la libération s’est installé dans notre instant saint dans lequel nous sommes demeurés silencieux, au téléphone, pendant de nombreuses minutes, ne ressentant que la Paix et l’Amour de Dieu. La Présence du SE était palpable dans la manifestation de soupirs de relaxation. Car là où deux invitent le SE, là Il sera présent.

Il n’est pas possible que je l’aie sans lui, ni qu’il l’ait sans moi. UCEM. Tout à fait car c’est en l’autre que m’est dévoilé mes croyances et mes pensées issues de l’ego par la dynamique de la projection. Et forte de ma croyance en la Volonté du SE qui ne dessert qu’un seul But (mon salut), je regarde  »l’autre » pour ce qu’il est; un frère, porteur d’une facette de mon soi. J’ai besoin de l’autre pour lever les voiles de mes fausses croyances.

Et comment pourrais-je être si certaine que le SE est aux commandes de ma vie? Il le dit si bien ici dans cet extrait de UCEM: Par ta relation sainte, née à nouveau et bénie en chaque instant saint que tu n’arranges pas (en te laissant guider par le SE et en acceptant Sa Régence), des milliers monteront avec toi jusqu’au Ciel. Peux-tu planifier cela? Ou pourrais-tu te préparer toi-même pour une telle fonction? (En changeant d’état d’esprit et observant au dessus du champ de bataille). Or cela est possible parce que c’est la Volonté de Dieu. Et il ne changera pas d’Esprit là-dessus. Les moyens et le but Lui appartiennent tous deux. Tu as accepté l’un (le but); l’autre sera fourni. Un tel but, sans les moyens, est inconcevable. Il fournira les moyens à quiconque partage Son but. T.18;V:3

Laisser un commentaire