Lorsque tu es convaincu que tout cela est un rêve, ton esprit devient libre, désireux de retourner au Foyer.

Tu assistes à la levée des voiles constatant que tes expériences terrestres ne sont que des projections – guerre après guerre, ensevelissant, couches par dessus couches, ces images projetées qui, si bien accumulées, procurent un terreau fertile à la prochaine succession de celles-ci.  Ces couches, tu t’en rends bien compte, représentent tes multiples soi,  nés vie après vie par millions,  pour être ensuite jetés après que la vie semblait t’abandonner.


Voilà tout ce qu’est une expérience terrestre finalement, seulement cela.  Mais pour en arriver à cette conclusion, tu as dû lever d’innombrables voiles qui te gardaient dans l’obscurité.  Rien n’échappe à cette constatation et toutes tes relations particulières en font partie – qu’elles aient été de l’ordre du désir, de l’appréhension ou de la haine, – et cela incluent toutes les personnes gravitant autour d’elles.  Une fois les voiles levés et les relations libérées, tu peux accéder à un nouvel état de conscience qui te révèle à toi-même, à l’existence du rêve.


Extrait du texte 18: La levée des voiles.

Laisser un commentaire